Massif Central Ferroviaire: Actualités

| Inventaire | Lignes PO PLM Midi | Repères | Annexes | ToponymeExpress

Actualités 2024 : 12 nouvelle(s)
Archives 2023 - Archives 2022 - Archives 2021 - Archives 2020 - Archives 2019 - Archives 2018 - Archives 2017 - Archives 2016 - Archives 2015 - Archives 2014 - Archives 2013 - Archives 2012 - Archives 2011 - Archives 2010 - Archives 2009 - Archives 2008 - Archives 2007 - Archives 2006 - Archives 2005 - 2004 - 2003

Date
Objet
05/06/2024

Les profils de Florian (18).

n° 738
Plus d'info / source : 
01/06/2024

Les profils de Florian (17).

n° 736
Plus d'info / source : 
27/05/2024

Carte postale de la Bresse jurassienne.

n° 737
L'ancienne ligne 868000 (Saint Jean de Losne) - Chaugey - Lons le Saunier est intéressante à au moins trois titres.

  • Elle fut construite au tournant du XXème siècle, années où le PLM avait abandonné pour ses BV les modèles standards bien connus, mais pas encore adopté le style néo-régional qui signera le chant du cygne de la Compagnie. Ci-dessous à gauche, la gare de Courlans fait apparaître un traitement particulier des combles, entraînant une multiplication malvenue des gouttières. A droite, la taille polygonale des moëllons est aussi caractéristique de cette période, encore épargnée par le béton (ici, un mur de soutènement, à l'approche de Lons le Saunier). Photos du 20 mai 2024.


  • La ligne qui nous intéresse fut mise en œuvre alors que Paul Séjourné était ingénieur en chef au service de la Construction du PLM à Dijon. Dès lors, il fallait bien un viaduc pour contenter le "Maître" : c'est celui de la Vallière, du nom de la rivière, issue du "Creux de Révigny", qui arrose la ville de Lons le Saunier. Cet ouvrage, long de 338 m, n'est plus guère visible de nos jours, en partie masqué par des arbres de haute futaie et interdit d'approche par des chemins privés. Photos Structurae et du 23 mai 2024.


  • La ligne de la Bresse jurassienne avait reçu des caractéristiques très favorables : double voie de bout en bout, déclivités n'excédant jamais 10 ‰, traversée dénivelée de la transversale Dole - Chagny. Ceci dans l'optique de la prolonger vers Genève et le Simplon en construction (ou - mieux encore - le tunnel sous le Mont Blanc toujours envisagé à l'époque), afin d'éviter les coûteux détours par Pontarlier ou Ambérieu. Le tracé étudié, qui desservait Saint Claude et Gex au passage, comportait trois souterrains principaux cumulant... 32 700 m, le dernier sous le col de la Faucille. Le raccourci Frasne - Vallorbe aura raison de ce projet difficilement finançable. Des autorails Dijon - Lons parcourront en dernier lieu cette belle infrastructure devenue une voie verte fréquentée.

    Quant aux lédoniens, qui ne sont plus reliés par trains directs, ni à Paris, ni à Dijon, ni à Strasbourg, il ne leur reste que leurs yeux pour pleurer des larmes de vin jaune.

  • Plus d'info / source : Carte ferroviaire du département du Jura.
    17/04/2024

    Une histoire d'eau.

    n° 735


    Dans la rampe menant au faîte de Gignac_Cressensac, entre Souillac et Brive, un express pair franchit le viaduc du Boulet, avant l'électrification.

    Dans le domaine ferroviaire, le mot "vapeur" fait immanquablement penser aux inoubliables machines locomotives, incapables de susciter l'indifférence. Il évoque plus rarement toute la logistique nécessaire au fonctionnement de ces engins si particuliers : dépôts, ateliers, châteaux d'eau...

    Justement, ces châteaux d'eau, comment étaient-ils alimentés? Le plus souvent, au moyen d'une usine élévatrice pompant l'eau dans la rivière ou la retenue la plus proche. Entre les deux, une canalisation conduisait le précieux liquide à destination.

    Ces aqueducs, parfois fort longs et le plus souvent enfouis, ont été bien vite oubliés, une fois les bielles endormies. Heureusement, certains passionnés ont voulu déterrer le sujet, et, en véritables archéologues, sont partis à la recherche des regards et des conduites jalonnant le tracé de ces ouvrages momifiés. Précisément, l'alimentation du réservoir de la gare de Gignac_Cressenssac, dans le Lot, a fait l'objet d'un étude particulièrement poussée, consultable sur les liens précisés plus bas.

    Dans le cas présent, l'eau était captée à une source, et, après un parcours confié à la gravité et comportant sept regards, les tuyaux - en grès puis en fonte - aboutissaient à un réservoir juché sur un terre-plein, à 140 m à vol d'oiseau des voies.



    Cette coupe transversale du regard n° 3 indique avec quelle rigueur la canalisation d'amenée avait été conçue.
    La photo ci-dessous en donne une vue contemporaine

    .


    Qui se douterait en découvrant ce "petit patrimoine", de ce qui fut sa véritable destination : permettre la circulation des hommes et des marchandises d'un bout à l'autre du pays.

    Plus d'info / source : Un aqueduc souterrain de 2 593 mètres de longueur et aussi L'arrivée du chemin de fer
    01/04/2024

    Les profils de Florian (16).

    n° 734
    Plus d'info / source : 
    20/03/2024

    Bonnes Feuilles.

    n° 733

    Beaucoup de ferroviphile/pathes s'intéressent avant tout au matériel, monté en épingle par les revues spécialisées : les mythiques CC, les inoubliables 231, les braves automotrices, etc... C'est oublier l'infrastructure, sans laquelle il n'y aurait pas de chemin de fer.

    Or cette infrastructure, en France, vieillit inexorablement. C'est ce constat qui ressort d'un récent rapport de l'Autorité de Régulation des Transports. Non seulement le pays apparaît comme la lanterne rouge
    de l'Europe en la matière, mais en prolongeant la tendance actuelle en matière d'investissements, la consistance et le maillage du réseau (où ce qu'il en reste) sont clairement menacés.

    Et les budgets mesurés annoncés se trouvent pris en étau entre une tendance inflationniste inexorable et la volonté d'un Etat surendetté de faire des transports la dernière... roue du carrosse. A cela s'ajoute le fait qu'il convient de rendre le réseau ferré résilient face aux évènements climatiques extrêmes qui se multiplient.

    Le rapport explique très bien les trajectoires à 20 ans, selon que l'on affecte les crédits à la Maintenance, coûteuse et improductive, au Renouvellement, porteur d'une certaine pérennité mais pas de progrès, ou bien au Développement, permettant seul de notables économies et une extension significative des trafics (CCR, ERTMS, ...).

    Dans le Massif Central, on n'espère même plus le moindre Développement. On en est à s'inquiéter de la remise en peinture des derniers grands ouvrages métalliques en service, dont l'oxydation galopante est à même d'entraîner la "suspension" des dernières sections de ligne encore vivantes, quoique moribondes.

    On se consolera (?) en observant que le réseau routier non concédé est logé à la même enseigne : faïençage des chaussées, nids de poule, tranchées mal rebouchées, glissements de terrain, effondrements de pont ne l'épargnent pas. Exactement ce qu'il faut pour accueillir les méga-trucks - fossoyeurs des derniers trains de fret - et, tant qu'on y est, des méga-bus - à la place des Intercités !
    Plus d'info / source : Consulter le rapport.
    01/03/2024

    Les profils de Florian (15).

    n° 731
    Plus d'info / source : 
    22/02/2024

    Pour un Rethondes des rotondes.

    n° 730


    Le second dépôt de Nevers en 1954.
    Il se situe à l'ouest de la bifurcation des lignes de Moret et de Chagny et au sud des ateliers de Vauzelles.
    Le dépôt historique se situait au droit de la gare, vers le bas.


    Les remises annulaires restent emblématiques de la traction à vapeur, même si, au fil du temps, les engins diesel et les machines électriques ont, peu à peu, squatté les lieux. La concentration des dépôts, l'hégémonie des rames automotrices, la pression foncière et la dégradation des structures poussent à faire table rase de ce patrimoine industriel.

    Si à Chambéry, Mohon, Montabon ou Chalon sur Saône, les rotondes ont pu être conservées ou reconverties, voire classées, il n'en est pas de même ailleurs. Les stalles de Lunel viennent d'être détruites, celles de Castres vont l'être, et celles de Nevers sont menacées.



    La remise sud de Nevers, mise en service en 1931, survit seule aujourd'hui.
    D'un diamètre extérieur de 132 m et dotée d'un pont tournant de 24 m, elle comptait 57 voies rayonnantes, dont quatre découvertes donnant sur l'atelier de levage, à droite. Les 141 R y succédèrent aux "Pacific" et aux "Mikado".


    Une pétition a été lancée pour s'opposer à sa démolition programmée.

    Plus d'info / source : 
    01/02/2024

    Les profils de Florian (14).

    n° 729
    Plus d'info / source : 
    11/01/2024

    Effet de Bort.

    n° 728



    Saint Amandin - PN 351 - 1952

    Quand bien même la retenue de Bort les Orgues n'aurait pas noyé la ligne d'Eygurande, il est fort à parier que l'étoile ferroviaire de Bort n'aurait pas survécu au XXème siècle. Il n'est qu' à constater comment le nœud d'Eygurande_Merlines a été liquidé quelque temps plus tard pour s'en convaincre.

    Commercialement, ce territoire peu peuplé, éloigné des préfectures et des métropoles pourvoyeuses de clientèle, sans grandes industries manufacturières ou extractives, n'est pas propre à remplir les convois, hors ponts du printemps et vacances d'été.

    Surtout, ces Hautes Terres concentrent tout ce que SNCF Réseau déteste :

  • Une voie souvent d'origine, à surveiller et sans cesse à rafistoler.
  • Des sections de rails DC n'acceptant pas la circulation de tous les matériels.
  • Une profusion d'ouvrages d'art se dégradant avec le temps.
  • Une signalisation absente ou d'un autre âge imposant la présence ici et là d'agents-circulation.
  • Une topographie souvent propice aux éboulements et aux glissements de terrain.
  • Des risques d'enneigement sans chasse-neige en état de marche.
  • Un éloignement des centres de décision et des bases logistiques toujours plus marqué.

  • Le tout avec une direction aux ordres de Bercy, un encadrement tatillon du sillon et des troupes démotivées.
    Heureusement, l'interdiction bienvenue faite à SNCF Réseau d'engager des travaux lourds sur les lignes de code UIC élevé conduit systématiquement, et de préférence rapidement, à la suspension du trafic. Et là, banco, plus d'emmerdes.



    Neussargues en Pinatelle - PN 434 - 1955

    Plus d'info / source : Photos Archives départementales du Cantal. Fonds Jacques Benaben.
    01/01/2024

    Les profils de Florian (13).

    n° 727
    Plus d'info / source : 

    Archives 2023 - Archives 2022 - Archives 2021 - Archives 2020 - Archives 2019 - Archives 2018 - Archives 2017 - Archives 2016 - Archives 2015 - Archives 2014 - Archives 2013 - Archives 2012 - Archives 2011 - Archives 2010 - Archives 2009 - Archives 2008 - Archives 2007 - Archives 2006 - Archives 2005 - 2004 - 2003

    | Inventaire | Lignes PO PLM Midi | Repères | Annexes | ToponymeExpress

    Dernière mise à jour de cette page: le 15/01/2023