Massif Central Ferroviaire 
Les Viaducs sont les Châteaux de la Loire du Massif Central
Bonjour, et bienvenue aux internautes qui s'intéressent à l'histoire, à la géographie, au patrimoine, aux paysages et à l'avenir ferroviaires du Massif Central.
Actualités Inventaire Repères Annexes
Première visite : lire l'Editorial
Patrimoine
Recherche par département  |   Recherche par ligne PO PLM Midi  |   Recherche par nom  |  Recherche par date  |  Recherche par carte | ToponymeExpress
N° 279  du 01/12/2021
 
L'actualité du 20/11/2021
 
Toute l'actualité  |  L'agenda   (0 RV)


La photo du mois
:


Pour trouver en France une voie unique bien entretenue et capable de supporter de forts tonnages, il ne faut pas rester dans le Massif Central, ni même sur le Réseau Ferré National. Il faut franchir l'Atlantique et prendre le chemin de Kourou, en Guyane : là, en plus, les convois circulent à la vitesse d'une fusée!

Photo réalisée le
28/10/2021 par Thierry DELAUNAY.

  • Alpes de Haute Provence : Reillanne 1 2 3. [3 photos]

  • Aude : Capendu. [1 photo]

  • Aveyron : Saint Rome de Cernon 1 2 3 4. [4 photos]

  • Cher : Vierzon 1 2. [2 photos]

  • Corrèze : Tulle, Soursac, Bort les Orgues 1 2. [5 photos]

  • Côte d'Or : Pouilly en Auxois 1 2 3 4. [4 photos]

  • Dordogne : Coulounieix Chamiers, Saint Germain des Près, Excideuil. [3 photos]

  • Drôme : Donzère 1 2 3 4 5, Chamaret. [6 photos]

  • Gard : le Grau du Roi 1 2 3 4. [4 photos]

  • Haute Garonne : Escalquens, Montastruc la Conseillère. [3 photos]

  • Gironde : le Bouscat, Bruges, Saint Emilion, Lalande de Pomerol. [4 photos]

  • Hérault : Boisseron. [1 photo]

  • Isère : Saint Quentin Fallavier 1 2 3, Vinay 1 2 3. [6 photos]

  • Loire : Saint Etienne. [1 photo]

  • Haute Loire : Vernassal, Lissac 1 2 3 4 5. [6 photos]

  • Saône et Loire : Romanèche Thorins. [1 photo]

  • Tarn : Carmaux. [1 photo]

  • Ont contribué à cette édition : Christophe BENOIST, Bruno BURGUNTER, Pierre EVRARD, Damien FOLLET, Jean-Marie GILSON, Patrick GROS, Bernard IBRY, Xavier PASQUET, Samuel TAGUENA, Georges TURPIN.

  • La présente édition est illustrée par plus de 13865 photos.

  • La présente édition est liée à une base de données comptant 17735 entrées.

  • Le n° 280 paraîtra le 01/01/2022
  • .

    Horaires : du menu à la carte au menu du jour.


    Les usagers des TER qu'on ne sait plus clairement identifier (Paca? Région Sud? Zou?) ont récemment reçu ce message :




    La manière dont ce communiqué est rédigé ne vous fait-elle pas tiquer?

    Tout se passe comme si les horaires dits officiels n'étaient plus intangibles, mais seulement théoriques, fournis à titre indicatif. En fait, le client doit attendre la veille à 17 h pour connaître le tableau (à peu près) exact des circulations du lendemain, autrement dit le plan de transport que la SNCF aura condescendu à établir pour la journée, en fonction des possibilités et des aléas du moment.

    C'est tout bénef pour l'opérateur. Moins de contraintes, et plus d'économies. On fait en dernière minute avec les moyens à disposition (personnel et matériel) et les infrastructures disponibles (travaux, incidents, intempéries). Finies les plates excuses et les bus de remplacement (éventuels).

    Pour le voyageur, c'est la roulette russe. Le train souhaité va-t-il sortir de la pochette-surprise? On imagine bien que sa fidélité au rail - déjà fragile - va en prendre un coup.

    L'hypocrisie de la SNCF est sans borne : elle met au point sournoisement le glissement du "menu à la carte" vers le "menu du jour". On ne pourra bientôt plus choisir à l'avance le train qui va bien dans la grille immuable du service annuel (néanmoins tantôt bien compliquée, tantôt bien vide), mais on sera contraint de se contenter de ce qui circule au dernier moment, le jour dit. Selon le bon vouloir de ceux qui sont censés nous servir.

    Pour l'heure, seuls les TER et les transiliens semblent concernés. Mais, après tout, pourquoi continuer à se compliquer la vie avec des TGV et des Intercités réguliers. Circulera ce qui pourra quand ça pourra, avec, cerise sur le gâteau, l'abandon forcément concomitant de la réservation électronique, cette boîte à chagrin que la Grande Maison traîne comme un boulet depuis les années 1980.

    Empêtrée dans ses "difficultés de production", la SNCF envisage de bannir les horaires prédéfinis et rêve de faire de chaque train un convoi aussi facultatif qu'aléatoire, sans marche prédéfinie, une alerte de dernière minute sur leur smartphone avertissant les derniers captifs de la possibilité d'un trajet du point A au point B. Thomas Cook et Napoléon Chaix vont se retourner dans leur tombe.

    Voilà ce qui se passe lorsque l'on diminue les effectifs des cheminots de terrain et que l'on renforce les équipe de crânes d'œuf (néanmoins hérissés d'une barbe à la mode) , as du marketing, prodiges de la com et cadors de l'intelligence artificielle (à défaut de la leur).
    Plus d'info / source :
    Le reste de l'actualité